Toute la vérité sur la plus célèbre affaire d'OVNIS.

 

 

Toute la vérité sur la plus célèbre affaire d’OVNI.

Déroulement de l’histoire la plus intriguante de cette fin de siècle.

  • L’affaire Roswell débuta dans la nuit du 2 au 3 juillet lorsque des personnes observèrent dans le ciel un disque brillant. L'affaire en serait certainement resté là, si le 4/07/1947, un fermier de la région de Roswell (Nouveau Mexique, USA), Mac Brazel, découvra dans son ranch des débris d’un engin. Intrigué, celui-ci préviendra la base militaire de Roswell, quelques jours après sa découverte, le 7/07/1947. Les militaires viendront rapidement chercher les débris. (Roswell était la seule base de l'armée a posseder une escadrille de bombardiers atomiques)

  • Le 8/07/1947, le lieutenant Walter Haut, porte-parole de la base, annonca que les débris seraient les restes d’un OVNI. Evidemment, l’armée démentit vite cette version, et le Général Roger M. Ramey en personne annonca au cours d'une conférence de presse que les débris ramassés près de Roswell était ceux d'un ballon-sonde. Mais c’est trop tard les journalistes se sont emparés de l’affaire qu’ils ne lâcheront plus. Pour camoufler l'affaire, l'armée envoya les débris à la base de Wright Field (Ohio). 

  • Pour mieux comprendre l'affaire, rappellons qu'à cette époque, des personnes affirmaient avoir vu des corps « non-humains ». La version de l’US Airforce était différente, l'armée affirmait qu’il s’agissait en fait de ballon atmosphérique et que les corps étaient des mannequins .


    Pourquoi y’a-t-il eu tant d’attachement aux corps ?

     

    Il y a 3 raisons de croire qu’il y avait des corps :

    1. Le 21 mai 1959, 3 militaires se sont écrasés en mongolfière, ils survécurent mais leur visage était couvert d’hématomes, et par la suite des personnes ont affirmé avoir vu des créatures alors qu'il s'agissait de ces mêmes militaitres.

    2. Puis des mannequins ont été lancés à partir de ballon de haute altitude pour des tests atmosphériques de 1954 à 1959, toujours dans la région de Roswell .

    3. Et en 1956, un avion s’est écrasé avec 11 militaires à son bord, tous moururent.


    Le corps d’un extraterrestre a-t-il réellement été trouvé ou bien les corps de Roswell ne sont-ils que de « simples » humains ?

    Malgré ces faits, la rumeur que l’armée possède un corps et un vaisseau d’un extraterreste ne cesse d’enfler.

    En 1978, le major Jesse Marcel de la base de Roswell raconte a Stanton Friedman, physisien nucléaire et ufologue, que les débris qu'il a eu entre les mains en 47 ne ressemblaient à aucun materiaux existant à l'époque et qu'ils devaient provenir d'un OVNI.

    Dans les années 1980 de nombreuses photos de corps d’E.T. et de rapports TOP SECRET sur Roswell circulent. Des ufologues renommés, comme Moore, affirme avoir des dossiers SECRET, mais ceci se révèleront faux par la suite.

    En 90, le phénomène ne s’éssoufle pas, la folie Roswell reprend, de nouvelles personnes affirment avoir vu des corps et les restes d’une soucoupe. Le congrès Americain décide alors de faire un rapport sérieux sur l’affaire. Ce rapport s’intitulera : Roswell : Faits contre fiction.

    Dans ce rapport, on apprend que les OVNIs étaient en fait des sondes de l’armée américaine qui devaient détecter les explosions nucléaires (je vous rappelle qu’en 1947 on est en pleine guerre froide), c’était le projet MOGUL.
    Cependant dans ce rapport on ne trouve rien sur les corps, c'est pourquoi les ufologues restent sceptiques, et pensent alors à un complot du silence .

    La même année sort en vidéo le film « autopsie de l’OVNI de Roswell ». Ce film sera diffusé sur TF1, le 21 juin 1995, dans une émission présentée par J.Pradel (l'Odyssée de l'étrange). Ce film est un grand moment de la télévision, encore aujourd’hui tout le monde se souvient de ce corps, mais est-ce que ce corps est un extraterrestre, un pantin en latex, ou un humain deformé par des expériences médicales militaires ?

    En 1995, le producteur Ray Santilli vend les droits de ce film à 27 chaines de télévision. D'après lui, ce document vient d'un cameraman de l'armée americaine, un certain Jack Barnet. Sur ce film on voit un extraterrestre ayant 6 doigts à chaque main, une grosse tête et pas de nombril .
    Ce film sera presenté à un congrès d'ufologue les 19 et 20 août 1995. Mr Velasco, scientifique du CNES, témoigne : "Il était clair que Santilli venait faire du business. Les scientifiques étaient tout à fait minoritaire." Mais le film se vendra tout de même à 20000 exemplaires en France.



    4 raisons de croire que ce film est une supercherie :

    1. Il n'y a jamais eu de Jack Barnet camréman pour l'armée américaine, mais un certain Jack Barret, qui est mort depuis très longtemps. Santilli n'a donc pas pu le rencontrer, sauf s'il est entré en communication avec l'au-dela...

    2. L'authenticité du film n'a jamais été prouvée.

    3. Dans la fin des années 40, il était courant que des scientifiques pratiques des autopsies sur des monstres de fêtes foraines, autopsies qu'ils filmaient à des fins scientifiques.

    4. La table d'autopsie n'en est pas une.

    Ce film semble être donc une véritable supercherie, réalisé à des fins commerciales.

    Conclusion :

    Aujourd’hui le phénomène Roswell aurait tendance à s’éssoufler, mais il continue à passionner (et oui ,sinon vous ne seriez pas là), peut-être car cet évènement permet de donner une réponse à une question que nous nous posons tous, "sommes nous seuls dans l'univers ?".
    Je ne possède pas la réponse, mais j'espère que nous ne sommes pas seuls.



Roswell : enfin la vérité !

Un militaire, témoin direct des événements de 1947, a laissé une lettre devant être ouverte après sa mort. L'armée américaine nous aurait menti sur ce qui s'est passé à Roswell.


Juillet 1947 : un engin volant s'écrase dans la propriété d'un agriculteur du Nouveau Mexique (centre des USA) lors d'une nuit orageuse. Cinq jours après l'événement, les militaires arrivent sur les lieux et décident de fermer la zone au public. Les débris sont emportés dans la base militaire la plus proche : Roswell. Le 8 juillet, six jours après le crash, l'armée publie un communiqué de presse stupéfiant : "Les nombreuses rumeurs concernant une soucoupe volante sont devenues une réalité hier lorsque l'officier de la 509th Bomb Group de la 8e Air Force, de la base aérienne de Roswell, ont eu la chance d'entrer en possession d'une soucoupe". Ce communiqué est rédigé par le lieutenant Walter Haut, l'officier de relations publiques en poste à la base militaire. Pourtant, l'effervescence est de courte durée. 24 heures plus tard, l'armée revient sur ses déclarations et explique que les débris proviennent de la chute d'un ballon météo. Fin de l'histoire. Début du mythe Roswell.

Coup de théâtre
Un étonnant rebondissement vient relancer l'affaire Roswell. La semaine dernière, un témoignage posthume a été rendu public : celui du lieutenant Walter Haut, l'officier de la base responsable des relations publiques en 1947. Décédé en décembre 2005, il avait laissé une lettre à n'ouvrir qu'après son décès.

Selon ce message, le ballon météo n'était qu'une couverture de l'armée américaine pour cacher la vérité. L'objet réel qui s'est écrasé a été récupéré par les militaires et transporté dans un hangar. Walter Haut explique y avoir vu un engin volant mais aussi des corps extra-terrestres. Des cercueils de "taille enfant" ont d'ailleurs été demandés par l'armée. Le lieutenant a aussi assisté à des réunions de haut niveau avec le Colonel Blanchard et le Général Ramey. Des débris de l'engin passaient de main en main lors de ces réunions pour deviner de quel matériau il pouvait s'agir.

Alors pourquoi avoir annoncé la chute d'une soucoupe volante par communiqué de presse? Selon William Haut - qui en est l'auteur - l'armée l'a fait pour attirer l'attention du public vers le premier site du crash, moins "garni" en débris qu'un second trouvé par l'armée.

Il explique aussi dans sa lettre posthume que les militaires ont ratissés les deux sites pendant des mois, cherchant le moindre morceau de l'épave et prenant soin d'effacer les traces. Il raconte encore comment le Colonel Blanchard l'a emmené dans le hangar 84 pour lui montrer l'épave elle-même, qu'il décrit comme une sorte d'oeuf métallique, d'environ 4,5 mètres de long sur un peu moins de 2 mètres de large, sans fenêtre, ni queue, ni aile. Rien que cette forme ovoïde.

Deux corps gisaient aussi sur le sol, partiellement recouverts par une bâche. Mesurant environ 1m20, leur tête était disproportionnée. Le lieutenant écrit : "Je suis convaincu que ce que j'ai observé personnellement était une sorte de vaisseau et son équipage venu de l'espace".

Dans les années 90, plusieurs enquêtes officielles ont successivement conclu que le crash d'un ballon météo était bel et bien un mensonge de l'armée, mais dans le but de dissimuler l'existence d'un ballon militaire bardé de capteurs envoyé en haute altitude pour espionner les communications soviétiques.

Il demeure qu'à ce jour, aucune preuve matérielle d'un crash de vaisseau n'a pu être apportée.

 

 

 

 

 

 

 

 



07/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres